Répétés, posés, disposés pour recommencer

 

Sur les murs d’Art-Appart je prenais pour support un encadrement blanc et vide et j’y posais une série de petits dessins-collage appelés "série les pattes".

 

Des objets et matières récupérées les voisinaient pour créer des rapports graphiques et colorés entre les dessins et les matières.

A Toulouse la  même série était épinglée linéairement. Mais des éléments construits et de couleur jaune interrompaient l’alignement. Ils faisaient diversion mais invitaient aux comparaisons : une pierre posée dans un encadrement  montrait des similitudes de forme avec les taches du dessin proche ; un compteur-éphéméride posé sur une étagère supportant un dessin-collage ajoutaient un rappel au temps développé dans cet exercice.

Sous la peinture on devinait qu’il y avait eu autre chose avant : des pattes d’oiseaux imprimées sur le fond laissaient penser l’occultation.